Cette pièce a été écrite en trois heures et à quatre mains par M. Franck GHYSBRECHT, enseignant de service féru de théâtre, et M. FILLON, professeur de Lettres-Histoire, à partir d’anecdotes et de précisions fournies par les élèves concernant leurs pays d’origine (Portugal, Bangladesh, Pakistan… et Saint-Symphorien-Sur-Coise).

Le choix des costumes, pour la plupart en directe provenance de la mère-patrie, permit aux acteurs et actrice de revendiquer fièrement leurs origines.

La pièce reprend le principe d’une partie de Monopoly (d’où le jeu de mots du titre), et a pour thème la tolérance et le « vivre ensemble. »

Les répétitions ont eu lieu au restaurant pédagogique du lycée La Vidaude, sur le temps libre des enseignants et des élèves (soit les mardis de 14h à 15h, les jeudis de 16h à 17h, et deux jours pendant les vacances scolaires d’hiver et de printemps).

L’accent fut naturellement mis sur l’apprentissage du texte, mais également, sur les gestes et les postures, la complicité entre les quatre acteurs, et sur la diction (élocution, prononciation, placement des voix). Il convient, à ce propos, de saluer l’extraordinaire performance de Hassan et d’Imran, mineurs isolés originaires du Bangladesh et du Pakistan, lesquels ont su s’approprier un texte en français, qui n’est pas leur langue d’origine. Avant de participer à ce projet, Imran ignorait même jusqu’au sens-même du mot « théâtre. »

Grâce aux efforts conjugués des élèves et des enseignants, la pièce a pu être interprétée pour la première fois à Saint-Symphorien-Sur-Coise, le samedi 22 avril à 15h00, au profit du R.A.P.IV.H. (Rencontre, Amitié, Partage, Intergénérations, Valides, Handicapés). Séverine CHEVALIER, enseignante de cuisine et de service au lycée La Vidaude, s’est occupée de la régie, et a lancé le PowerPoint qu’elle avait elle-même créé. Les images défilaient au rythme de la chanson « Être né quelque part » de Maxime Le Forestier. Cette musique ponctuait l’entrée des élèves, tandis que « Né sous la même étoile » du groupe de rap IAM clôturait la pièce.

Mais ce n’était là qu’un amuse-bouche…
Le véritable challenge devait avoir lieu le mardi 9 mai 2017. C’est en effet à cette date, qu’a eu lieu le concours SAINT-GENIS INTERNATIONAL, du nom de l’association présidée par Madame LACOUTURE, dont le thème était précisément le « vivre ensemble ».
Les élèves ont eu le privilège de répéter dans le théâtre de La Mouche, lequel nous ouvra gracieusement ses portes dès 15h, et remportèrent la palme (académique, puisque remise par les plus hautes autorités académiques lyonnaises) sous forme de diplôme, d’un prix spécial de 200 euros, et de cadeaux offerts par M. CRIMIER, maire de la commune de Saint-Genis Laval.

 

Comme on peut le voir, cette réussite est avant tout celle des élèves, lesquels ont su dépasser leurs appréhensions en se lançant dans un pari assez osé. La pratique du jeu théâtral permet de lever les inhibitions, et place sur un pied d’égalité des personnalités certes différentes, mais complémentaires. Ainsi, on notera le véritable « esprit de troupe » qui s’est immédiatement mis en place : Paula, par exemple, connaissait le texte par cœur, et aidait ses camarades en cas de défaillance. On retrouve cette même solidarité parmi les enseignants.

Ainsi, proposer aux élèvesde jouer une pièce de théâtre, qu’ils soient ou non en difficulté, se révèle être une initiative féconde en termes de pédagogie et de savoir-être. Cela leur permet de (re)prendre confiance en eux, et d’apprendre (pour certains, de réapprendre) à vivre en société.

Certains ont pu connaître, ou connaissent encore, des difficultés au quotidien. Le théâtre, c’est une thérapie de la vie : on joue un rôle, on donne de sa personne, tout en faisant preuve de conviction et d’honnêteté vis-à-vis de son public.

Une école dont on ressort plus grand et plus libre qu’avant…

 

J.-M. FILLON
Enseignant de Lettres-Histoire au L.P.H. La Vidaude